Droit international humanitaire (DIH)

Créé le: 1er/12/2015, 11h45 - Modifié le: 10/08/2016, 14h19

Qu’est ce que c’est ? A quoi ça sert ? D’où ça vient ? C’est pour qui ?

Toutes les réponses à ces questions se trouvent ici !

Le DIH, un outil de protection des personnes touchées par la guerre...

Créé le: 8/08/2012, 14h17 - Modifié le: 18/09/2012, 10h22

La guerre, un sujet délicat…

Dans une guerre, la souffrance qui en découle affecte tout le monde.

Le soldat. Il s’est engagé dans une cause en laquelle il croit, que ce soit dans une armée officielle ou dans un mouvement rebel. Il doit combattre en faisant des choix très difficiles.

Le civil. Homme, femme, enfant. Il est pris entre deux feux. Il vit quotidiennement dans la peur des combats qui ont éclatés dans la ville ou le village voisin. Il est attaqué chez lui dans sa propre maison.

Une personne peut se trouver en un instant en situation de détresse en tant que victime, la seconde d’après, en bourreau aveuglé par la vengeance.

Cette réalité est très difficile à appréhender.

De même, il est illusoire de croire que nous pourrons un jour éradiquer la guerre. Mais il est tout à fait possible d’en limiter les effets. Une société fonctionne d’ailleurs parce que des règles juridiques encadrent le comportement de l’homme. Une des meilleures solutions pour réduire les conséquences de la guerre est donc de faire appel à ces règles.

Au fil des siècles, différentes solutions ont été trouvées par les Etats.
-  Dans un premier temps, on a interdit la guerre. Les Etats doivent régler leurs problèmes avec le dialogue et non avec les armes. (Charte des Nations Unies de 1945).
-  Dans un deuxième temps, on a prévu que, si une guerre éclate, on doit appliquer certains principes, certaines règles fondamentales d’humanité. Ces règles forment ce qu’on appelle le DIH.

Concrètement, qu’est ce que le DIH ?

Qu’est ce que le DIH ?

Le DIH impose donc un équilibre entre 2 intérêts contradictoires : les nécessités militaires liées à la guerre (neutraliser l’adversaire) et les considérations humanitaires (protéger les victimes de la guerre et assurer le respect de leurs droits fondamentaux).

Pour ce faire, il établit deux types de règles  :
-  Celles qui visent à la protection des personnes qui ne participent pas ou plus aux hostilités.
-  Celles qui visent à interdire ou limiter les moyens et méthodes de guerre (armes et tactiques militaires).

Ces règles se trouvent principalement dans les quatre Conventions de Genève de 1949 et leurs deux Protocoles additionnels de 1977.

©CICR/Eric bouvet/1995/Caucase du Nord

Quels sont les acteurs de la mise en œuvre du DIH ? Quelles sont leurs actions ?

Dans le cadre du mandat du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, chacune de ces trois composantes participe à la promotion du DIH :
-  le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) qui est chargé de la diffusion internationale du DIH, d’en préparer les développements éventuels, de veiller à son respect et de recevoir toute plainte au sujet des violations alléguées de ce droit ;
-  la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui aide le CICR dans la promotion, le développement et la diffusion du DIH ;
-  les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui soutiennent leurs autorités dans la diffusion du DIH au sein de la population et dans l’adoption de toutes les mesures législatives nécessaires à sa mise en œuvre.

Pour en savoir plus sur le DIH et le Mouvement, n’hésitez pas à consulter notre rubrique « Liens utiles » ou sur la page des « Ressources » !